search slide
search slide
pages bottom

La photographie en tant que hobby

hobbyAvant d’être une expression artistique, la photographie représente avant tout pour les photographes amateurs un hobby. Elle découle d’une envie de partage et de découverte d’émotions représentées en images.
De cette passion est né par exemple le hobby collectif de la “social photography”. Celle-ci est née de l’envie de partager, de faire profiter les autres de la passion commune des uns et des autres. D’où le terme de “social photography“.

La social photography serait à la photographie ce que Facebook ou Twitter représentent dans le cercle des réseaux sociaux. En effet, la social photography est un partage interactif de photos réalisé par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication.
C’est ainsi que des sites de partage de photos en ligne ont vu le jour. On parle notamment de “photographies socialement connectées”. Des outils technologiques innovants tels que le “flashpacking” ou le blogging en mode “open source” sont utilisés pour connecter en réseau les photographes amateurs férus de ce genre de hobby collectif. Les partages de photos se font donc en ligne et en réseau, chacun pouvant à son gré soit downloader soit uploader des photos.

Le phénomène a pris une ampleur telle qu’on peut aujourd’hui parler de “photojournalisme amateur” pour désigner la photographie socialement connectée.
Plus extraordinaire encore, la social photography est désormais disponible en ligne sur des sites de réseaux sociaux tel que Facebook. Ces derniers ont donc su surfer sur la vague de la social photography qui n’était au départ qu’un hobby collectif, mais qui tantôt s’est transformé en mouvement social et culturel de grande ampleur.
Ainsi par exemple, l’application Facebook permet aux internautes utilisateurs de transférer en temps réel et entre eux des photos via des technologies dernier cri telles que la “cartographie en ligne” et le “géotag”. Autre application proposée par le réseau social aux internautes, la possibilité de télécharger en temps réel sur leur compte Facebook des photos prises sur leur téléphone cellulaire et de les partager sur le champ.
Les technologies telles que les appareils photos numériques sans fil, les bornes et réseaux Wifi, les smartphones équipés de GPS et de “géocaching” ont permis à ce hobby collectif de pouvoir être partagé sans limites, peu importe la localisation des utilisateurs.

Avant tout un hobby, la photographie, et plus précisément la photographie sociale est en passe de devenir du “photojournalisme citoyen” et non plus du photojournalisme amateur, si l’on considère que certains réseaux de médias en ligne incitent désormais les internautes à faire de l’activisme citoyen en leur envoyant en direct au moment où cela se produit, des photos d’événements sociaux, économiques ou politiques dont ils seraient témoins.